DIVERTISSONS NOUS...

Samedi 9 mai 2020

On a beaucoup parlé cette semaine des métiers de la culture dans le contexte de la pandémie. J’en profite donc pour mettre en application le fameux adage « qui aime bien châtie bien » en vous proposant le lauréat du grand prix 2019 du Festival Nikon Film : Partage de Jonathan Dionnet et Marc Riso, 2’20.

Ce réjouissant exercice de caricature a dû se nourrir de nombreux visionnages d’interviews d’acteurs et autres making-of pour compiler en deux minutes tant de pépites, au demeurant fort crédibles individuellement. N’oubliez pas de lire le générique qui comporte également son lot de blagues.

Vous pouvez le voir ici :

https://www.dailymotion.com/video/x70d204

Et voilà.

Vendredi 8 mai 2020

La période invitant aux rêves d’ailleurs, je vous propose de découvrir le beau Demain il pleut d’Anne-Céline Phanphengdy et Mélanie Vialaneix, 2013, 5 minutes.

Il s’agit d’un film d’animation traditionnel c’est-à-dire tourné image par image, dans un mini-studio, avec marionnettes et petits objets. Vous noterez la richesse et la précision des détails : papier peint, plancher, costumes, plantes, objets divers et variés. Le beau travail sur le cadre, la différentiation des premiers plans et arrières plans… Et enfin la délicatesse du son qui permet de lier tous ces éléments et de faire entrer la vie dans le film.

Vous pouvez le voir ici :

https://vimeo.com/72260756

C’est chouette non ?

Jeudi 7 mai 2020

Et si on regardait un film court, et même très court ! Celui du jour est particulièrement bref : La flamme, réalisé par Ron Dyens, ne dure que 2 minutes.

Mais ces deux minutes suffisent à cette délicate histoire d’amour, tournée il y a près d’un siècle sur les plages de Deauville, pour allumer tous les feux de la passion… Je vous laisse l’apprécier sans en dire davantage.

Vous pouvez le voir ici :

https://vimeo.com/95750736

Poisson de mai !

Mercredi 6 mai 2020

Profitons du fait que vous aillez éloignés les enfants hier pour éviter d’avoir à répondre à des questions embarrassantes sur Princess X, pour faire un pas de plus dans le olé olé avec Tram de la réalisatrice tchèque Michaela Pavlátová, 2012, 7 minutes.

N’oubliez pas de constater que si le film impressionne d’abord par ses audaces métaphoriques et surréalistes, il est surtout un chef d’œuvre absolu dans sa mise en scène : de sa conception graphique, à son utilisation de la couleur ou des niveaux de gris, en passant par son montage et sa maîtrise d’un rythme et de ses infinies variations. Il a d’ailleurs reçu de nombreux prix pour toutes ces qualités.

Vous pouvez le voir ici :